Livraison sous 5 à 10 jours ouvrés, voir nos conditions de livraison
logo de mistral production maquette de bateau 06 23 43 01 18 | Email |

Cliquer sur la loupe pour un affichage plein écran

L’ILE DE FRANCE qualité « musée » (97 cm)

999.00

En stock

 
De part son très haut niveau de qualité, de détail et de finition, cette maquette de l’Ile de France vous permettra d’avoir une magnifique réplique d’un des plus beaux paquebots de l’atlantique issu des chantiers naval de Saint Nazaire. Ce très bel objet de décoration vous rappellera le raffinement et le « savoir-vivre » à la française qui caractérisaient ses croisières de luxe.
 

Longueur hors tout : 97 cm
Longueur coque : 96 cm
Largeur hors tout : 12 cm
Hauteur hors tout : 32 cm

Poids maquette : 7 kg
Dimensions avec emballage et palette : L = 117 cm x l = 28 cm x H = 50 cm
Poids total maquette + emballage + palette : 13 kg
 

Conditionnement et mode de livraison :

La maquette est parfaitement protégée à l’intérieur d’un emballage en bois entouré de carton. Elle est livrée sur palette filmée.
 

L’histoire de l’Ile de Fance

En 1927, La Compagnie Générale Transatlantique commande sa construction aux chantiers naval de Saint Nazaire pour remplacer deux anciens paquebots, « La Touraine » et « La Lorraine ».

Pour son voyage inaugural, il relie le Havre à New York. A son bord raffinement et « bien-vivre » le caractérisent et l’alcool y coule à flots. Les américains, pendant la prohibition, le surnomment « The longest gangplank » (la plus grande passerelle).
Ce navire est équipé d’un hydravion postal qui permet d’acheminer le courrier avec une journée d’avance par rapport à l’arrivée du paquebot. Bien que le système de catapulte fonctionne bien, il est finalement abandonné car la force des catapultages fatigue la structure du paquebot.

En 1940, il est en route pour l’Indochine et se réfugie à Singapour. Le commandant et une grande partie de l’équipage sont rappelés par Vichy.
L’Ile de France est ensuite réquisitionné par les britanniques et utilisé pour transporter des troupes, de Sydney à Suez, d’Afrique en Inde… Il embarque lors des 4 années suivantes près d’un demi-million de soldats et il est rendu à la France en 1945 avec de prestigieuses décorations.
Il retourne alors à Saint Nazaire pour y être transformé et modernisé avant de repartir vers New York en 1949.

Surnommé le « Saint-Bernard des mers », il se fera remarquer pendant ses multiples navigations par de nombreux sauvetages, dont celui particulièrement périlleux du cargo Greenville en 1953, et du paquebot italien Andréa Doria éperonné par le paquebot Stockholm dans la nuit du 25 au 26 juillet 1956. Alors que Raoul de Beaudéan est aux commandes, il remontera l’Hudson triomphalement pour la 3ème fois, avec les nombreux passagers sauvés de l’André Doria, et recevra la Croix de Chevalier du mérite maritime.

L’Ile de France effectuera sa dernière traversée transatlantique en 1958. Il sera alors vendu à Yamamoto & Co et finira à Osaka en servant de cadre au film hollywoodien « Panique à Bord » à la fin duquel il sera détruit. La fin du paquebot provoque un scandale comparable à celui de la fin du paquebot France.


    Aucun avis à afficher
    cssxhtml